Des artistes de renom...

 

La florissante carrière du Quatuor Hermès comprend des tournées aux quatre coins de l’Europe, en Asie (Chine, Japon, Taiwan), aux Etats-Unis et en Amérique du Sud, ainsi qu’au Maroc, en Egypte au Kazakhstan ou aux Emirats Arabes Unis. Ils sont fréquemment invités dans de grands festivals français et étrangers comme celui de la Roque d’Anthéron, les Flâneries Musicales de Reims, le Festival de Radio France et Montpellier, le festival du Périgord Noir, le festival de Colmar, le festival de L’Orangerie de Sceaux, le festival de Pâques de Deauville ; au Cheltenham Music Festival, Mecklenburg-Vorpommern festival, Krzyzòwa Music Festival, Mantova Chamber Music festival…

Régulièrement invité aux Etats-Unis, le quatuor s’y produit dans de prestigieuses salles comme au Kennedy Center de Washington ou au Carnegie Hall de New York.

Leur parcours est jalonné de rencontres déterminantes : les quatuors Ravel, Ysaÿe, et Artemis avec lesquels les quatre musiciens se sont formés et ont développé une pensée musicale commune ; puis des personnalités marquantes comme Eberhard Feltz à Berlin, et plus tard Alfred Brendel, immense inspiration avec lequel ils travaillent régulièrement aujourd’hui.

Le Quatuor Hermès a reçu de nombreux prix : « Révélation Musicale de l‘Année » du  Prix de la Critique 2014-15, le « Nordmetall Ensemble Preis 2013 » du festival Mecklenburg-Vorpommern. Il est également Premier Prix du Concours International de Genève 2011, PremierPrix au concours FNAPEC 2010, Premier Prix du Concours International de Musique de Chambre de Lyon 2009, et Premier Prix aux YCA International Auditions à New York.

Les quatre musiciens étaient artistes en Résidence de la Chapelle Reine Elisabeth de 2012 à 2016, et sont soutenus depuis 2015 par la fondation d’entreprise Banque Populaire et la fondation Singer-Polignac à Paris.

Les disques du quatuor Hermès ont tous été récompensés par la critique française et internationale. Après une intégrale des quatuors de Robert Schumann très remarquée (notamment récompensée par un Choc de l’année 2015 du magazine Classica), leur dernier opus paru en Janvier 2018 et consacré aux quatuors de Ravel, Debussy et Dutilleux a reçu un Choc de Classica, ffff de Télérama et 5 diapasons, ainsi que des récompenses en Allemagne et aux Pays-Bas.

Elise Liu joue un violon David Tecchler prêté par le Fonds Instrumental Français.

Depuis août 2016, Omer Bouchez joue un violon de Joseph Gagliano 1796 prêté par Mécénat Musical Société Générale.


Service 2

Nommé d’après un authentique berger australien au tempérament fougueux, le Quatuor Yako bouscule les codes en ne cédant en rien à la tradition d’excellence inhérente au répertoire qu’il défend.

Né du désir de quatre anciens étudiants du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon de partager avec le public leur passion commune pour ce répertoire privilégié, le Quatuor Yako se forme auprès de Yovan Markovitch et Luc-Marie Aguera (Quatuor Ysaye).

Il intègre en 2016 la classe de Christoph Poppen et Hariolf Schlichtig à la Hochschule de Munich, et travaille en parallèle avec Mathieu Herzog. 

Remarqué au concours « Musiques d’Ensemble » de la FNAPEC en mars 2016, il devient la même année résident ProQuartet et obtient dès 2017 un 3e prix au Concours International Orlando (Pays-Bas).

Invité de France Musique pour l’émission Chambre Classique et Générations France Musique, le live, ce jeune ensemble est également filmé par Arte-Concert à l’occasion du spectacle « Play and Play » avec la compagnie de danse Bill T. Jones/Arnie Zane.

De nombreuses masterclasses, parmi lesquelles celles de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence, du Festival Quatuors à Bordeaux, du Holland Festival, de Villecroze ou de Montepulciano, lui permettent de bénéficier en parallèle des conseils de membres de quatuors réputés tel que le Kronos Quartet, en participant nottament au projet « 50 for the Future ».

Dès 2018, le Quatuor Yako se produit en Hongrie, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse, et fait ses débuts sur les ondes de BR-Klassik ainsi qu'à l’auditorium du Musée du Louvre.

 


Service 3

FÉLICIEN BRUT, UN PARCOURS ATYPIQUE

page1image11184

Cet Auvergnat d’origine fait voler l’accordéon en éclats. Grandissant au milieu du Massif du Sancy, Félicien découvre très jeune l’instrument et cette musique populaire qui l’a si longtemps caractérisé : le musette. Suivant une solide formation au CNIMA Jacques Mornet, il anime de nombreux bals des années durant. En 2009, il va poursuivre ses études au Pôle Supérieur de Bordeaux-Aquitaine car, entre-temps, il s’est pris de passion, aussi, pour la musique classique.

Très vite, il constate une fracture entre les musiciens de bal musette d’un côté, les accordéonistes classiques et les enseignants de conservatoire de l’autre. Spécialisé dans le domaine classique, récompensé par plusieurs prix internationaux, il fonde le Trio Astoria, formation dédiée au Nuevo Tango d’Astor Piazzolla et sort, en 2016, son premier album Soledad del EscualoC’est alors que l’idée d’un pari fou s’immisce dans son esprit : constituer son propre programme de musique classique en y associant le répertoire musette, style lui tenant particulièrement àcœur.

RENCONTRES DÉTERMINANTES ET HEUREUSES INITIATIVES

page1image20152

Créé en août 2017, Le Pari des Bretelles rencontre immédiatement un succès incroyable. Entouré du Quatuor Hermès et du contrebassiste Edouard Macarez, Félicien Brut enchaîne les concerts et enregistre un premier disque avec cette formation qui sortira en janvier 2019, lors de la Folle Journée de Nantes, sous le label Mirare.

Félicien poursuit sa démarche en créant un collectif pour mener des projets audacieux, entouré de solistes renommés : Edouard Macarez (contrebasse), Renaud Guy-Rousseau (clarinette), Julien Martineau (mandoline), Romain Leleu (trompette) et Thomas Leleu (tuba).

Pour Félicien Brut, chaque projet devient une occasion de stimuler l’émergence de créations contemporaines,d’où sa relation de travail très forte avec le compositeur Thibault Perrine. Après avoir réalisé la création de sa Suite Musette pour accordéon et quintette à cordes en 2017, celle de son Caprice d’Accordéoniste pour accordéon et orchestre en 2018, Félicien donnera a entendre pour la première fois, en avril 2019, aux côtés de

l’Orchestre de Cannes et de son directeur musical Benjamin Lévy, son dernier opus : Souvenirs de Bal, un concerto pour accordéon et orchestre.

 

ED

EDOUARD MACAREZ

Édouard Macarez commence la contrebasse à l'age de 10 ans auprès de Jean Loup Dehant, professeur au Conservatoire de Douai, avant d'intégrer en 2006 le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Thierry Barbé. Il obtient, en 2009, un premier prix à l'unanimité avec les félicitations du jury. En 2011, Édouard décide de se perfectionner en Allemagne auprès de Niek de Groet, ancien soliste de l'Orchestre Royal du Concergebouw Amsterdam. 

Édouard Macarez est lauréat de plusieurs concours nationaux et internationaux : 1er prix trois années consécutives aux Concours organisés par l'Association des Contrebassistes de France en 2003, 2004, 2005, à Paris, Lyon et Béziers ; 1er prix au Concours de cordes d’Épernay en 2006 ; 1er prix au Concours "International Paris Bass 2008» et 1er prix en 2009 au Concours "Scottish International Compétition» à Glasgow.


Édouard Macarez s'est produit de nombreuses fois en récital notamment à Paris (salle de la Galerie Dorée de la banque de France), au grand auditorium du Royal College de Glasgow, à Berlin dans l'auditorium de la Horshcule lors de la manifestation Berlin Bass 2010, à Dusseldorf, Essen... Avec orchestre il s'est produit en soliste avec l'Orchestre Symphonique du Royal College de Glasgow ainsi qu'avec le Baltic Chamber Orchestra.


Passionné par le métier d'orchestre Édouard Macarez est rentré à 19 ans à l'Orchestre National de Lille avant de décrocher, trois ans plus tard, un poste de soliste à l'Orchestre Philharmonique de Radio France.

PAUL-ANTOINE BÉNOS-DJIAN

Paul-Antoine Bénos-Djian débute le chant choral au Conservatoire de Montpellier avant d’intégrer la maîtrise des Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles. Il est ensuite admis au Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris dans la classe d’Yves Sotin et y obtient sa Licence à l’unanimité. Il perfectionne son apprentissage du répertoire baroque auprès de Philippe Jaroussky, Andreas Scholl, Raphaël Pichon, mais il étudie également l’art du lied de la mélodie avec Anne Le Bozec, Mireille Delunsch et Hartmüt Höll.

 

Il se produit en soliste sous la direction de chefs renommés tels Maxim Emalyanichev, Raphaël Pichon, Emmanuelle Haïm, Benoit Haller, Christophe Coin, Philippe Pierlot, lors des Festivals de Sablé-sur-Sarthe, Ambronay, Saint-Michel-en-Thierache, Entrecasteaux, Roquevaire et chante dans des salles prestigieuses telles le Tokyo Opera City, le Theater an der Wien, l’Opéra Royal et la Chapelle Royale de Versailles, l’Arsenal de Metz, l’Opéra Grand Avignon, l’Opera de Nantes-Angers, l’Opéra National de Montpellier, l’Opera de Massy, la fondation Louis Vuitton, les Universités de Lafayette et Bâton Rouge (USA).

En 2015, il se distingue en obtenant le Prix Grand-Avignon lors de la première édition du Concours Jeunes Espoirs de l’Opéra Grand Avignon. En Juin 2017, il est sélectionné pour participer à l’académie Mozart du festival d’Aix-en-Provence dirigée par Susanna Eken. En Novembre 2017, il se produit en récital salle Gaveau à Paris. De Janvier à Mars 2018, il interprète le rôle-titre de Rinaldo de Haendel lors d’une tournée dans toute la France sous la direction de Bertrand Cuiller (production la Co[opera]tive). Dernièrement, il est nommé révélation HSBC 2017 du Festival d’Aix-en-Provence.

 

BRENDA POUPARD

 

Issue d’une famille de musiciens, la mezzo-soprano de 25 ans débute son apprentissage musical par le violon au CRD de Vannes où elle pratique le travail en orchestre puis la musique de chambre pendant près de 15 ans. Dans le même temps, elle se forme à la pratique du chant au sein de la Maîtrise de Bretagne sous la direction de Jean-Michel Noël et, plus tard, intègre les Chœurs de l'Opéra de Rennes. Elle est reçue l'année suivante au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où elle termine cette année son cursus de Master dans la classe de Chantal Mathias.

Sa voix souple et ciselée, au timbre chaleureux et singulier, se prête généreusement et habilement au répertoire du lied et de la mélodie, dont elle a fait son répertoire de prédilection. Elle est d’ailleurs Lauréate du Concours international 2017 de mélodie française de Toulouse, avec le pianiste Jean-Michel Kim et se produit régulièrement à l’occasion de récitals avec ce dernier, ainsi qu’avec le pianiste David-Huy Nguyn-Phung.

Dernièrement, elle était Sesto (Giulio Cesare - G.F Haendel) dans une production du CNSMDP et de la Philharmonie de Paris.
Cette année, Brenda sera Lisetta (Il Mondo della Luna – J. Haydn) en mars 2019 dans le même cadre puis l’Enfant (L’Enfant et les sortilèges - M. Ravel), au théâtre d’Herblay. Elle prendra également part à la production Danza ! avec le « Poème Harmonique » (Vincent Dumestre), et se joindra à l’ensemble « La Tempête » (Simon-Pierre Guidicelli) pour leur programme Larmes de Résurrection.
Au cours de la saison prochaine, Brenda sera au Japon avec le pianiste Jean-Michel Kim, pour une tournée de concerts de mélodies françaises, puis participera à une production avec le « Poème Harmonique », Coronis de S. Durón dans le rôle de la Nymphe Iris.
On la retrouvera en juin et juillet prochain à l’occasion du festival d’Aix-en-Provence, puisqu’elle a été sélectionnée pour faire partie de la promotion de chanteurs de l’Académie Mozart 2019.